Résultat de recherche d'images pour

J'aurai aimé vous dire comment nous avions fait pour aider notre Loulou à acquérir les bases de la propreté mais je vais être honnête avec vous, ce n'est pas le cas et nous en sommes même très loin de cette autonomie!

J'ai toujours pensé par les nombreuses lectures que j'ai pu faire sur le sujet que la "propreté" n'est pas une histoire d'apprentissage mais une étape dans l'évolution de l'enfant. J'étais persuadée que le jour où il serait prêt Thomas enlèverait sa couche et irait sur le pot.

Seulement, notre entourage s'en est mêlé depuis ses 18 mois avec tous leurs bons conseils et m'ont mis un peu de pression sur le dos. Effectivement, avant on mettait les enfants sur le pot, limite avant qu'il ne marche, à heure fixe. J'ai du faire front car je n'étais pas d'accord du tout avec ces avis.

Afficher l'image d'origine

Cependant, j'ai introduit l'objet pot dans la maison vers ses 2 ans, tout comme nous avons commencé à lire des livres sur le sujet. Je pensais le sensibiliser tout en douceur et l'amener à utiliser son pot.

Bien entendu, en voyant le pot, il a voulu l'essayer et là, nous y avons cru. Tellement qu'un samedi matin, j'ai couru acheter des slips de grands ... mais au bout de 24 heures, Thomas voulait remettre ses couches. Il n'était pas prêt.

Sa nourrice a essayé également de le mettre sur le pot, mais toujours en vain. Il voit l'autre enfant, plus jeune, y aller mais cela ne lui donne pas plus envie que ça ...

Donc, après pas mal de mois de patience et de douceur, où nous lui proposions le pot avant le coucher, au réveil, avant le bain, ses trois ans arrivant et avec eux son entrée à l'école, j'ai décidé de prendre le taureau par les cornes. Enfin, plutôt, j'ai laissé mes beaux parents essayer pendant la semaine où Thomas était chez eux. Mais là encore, je n'étais pas convaincue par la méthode : l'obliger à se mettre dessus, puis le laisser dessus pendant 45 minutes avec la tablette ou la télé ... Tout ce que je voulais éviter. Alors, bien sûr, il finissait par faire dessus ... donc mes beaux-parents étaient contents mais moi, je ne me réjouissais pas, il n'y allait pas pour faire ses besoins mais pour avoir accès à l'écran !

En rentrant à la maison, nous avons quand même voulu essayer de continuer ce qui avait été commencé mais Thomas n'était pas d'accord alors, nous lui avons promis un petit bonbon s'il y allait. (Je sais c'est pas mieux que la méthode de mes beaux-parents ...) Au bout de plusieurs fois, il avait déjà oublié la petite récompense et cela m'arrangeait bien !

J'ai donc décidé de le laisser un maximum sans couche quand nous étions à la maison. Parfois, cela fonctionnait et parfois, c'était la cata, plusieurs pipis dans une matinée ... Bref, de plus en plus, il refusait d'enlever sa couche, c'était la crise ... Et je me suis dit que ce n'était pas ça la propreté.

Résultat de recherche d'images pour

Tout ça pour dire que même si la rentrée des classes est dans 3 mois, Thomas n'est pas prêt.

Même si nous, nous voudrions qu'il le soit, c'est lui qui le décidera.

Et pour le moment, avec l'arrivée du bébé (pile pour la rentrée...), il n'en est pas là.

Il se qualifie de "petit" malgré nos encouragements à devenir grand ...

Alors, j'ai décidé de lui lâcher la grappe avec ça et je lui ai expliqué que le jour où il se sentira prêt, il pourra retirer ses couches, que ses slips de grand sont dans sa commode et qu'avec son Papa, nous l'aiderons dans cette nouvelle étape.

Pas simple cette histoire de "Propreté" mais je me rassure en me disant qu'il n'y a pas d'ado de 18 piges avec ses couches (sauf pathologie grave) et qu'il finira par avoir son déclic lui-aussi.

***

Et vous, comment s'est passée cette étape ?